Laissant une grande place aux chœurs et aux percussions, la pop débridée de Catastrophe est également soutenue par la boîte à rythmes TR- 808 et le non moins légendaire Fender Rhodes.

Avec cette création musicale et chorégraphique, la surprise et la joie collective sont reines. Dans un monde trop prévisible, c’est une chance. Comme si, face au temps qui s’accélère, la musique, la danse et l’imagination étaient les meilleurs des remèdes. Friand de projets insolites et adepte d’une pop enlevée et décalée, Catastrophe flotte tel un fantasque ovni dans le paysage musical français.

Tarif: B

Photos : © Antoine Henault

C’est avec cette idée en tête que Catastrophe vit, ne faisant jamais deux fois la même chose. Né en 2016, le groupe fondé par Pierre, Blandine et Arthur voudrait ne rien s’interdire, quitte à risquer le ridicule. Que ce soit dans des cabarets, des forêts ou sur des toits, par des concerts qui sillonnent la France, les festivals d’été (Rock en Seine, Zénith de Paris, Les Francofolies, We Love Green, Printemps de Bourges…), par une nuit de radio de 12h pour le nouvel an, des créations inédites à Münich, Varsovie, Tokyo, ou avec 80 enfants marseillais pour composer un morceau, Catastrophe imagine. En 2020, Catastrophe sort son deuxième album Gong!. Un vinyle compilant leurs hits est sorti la même année dans le cadre du Disquaire Day. En 2018 paraît leur premier album La nuit est encore jeune (label Tricatel) précédé en 2017 d’un livre du même nom (aux éditions Pauvert).

Avec GONG! le sextet Catastrophe confirme sa jolie signature : rigueur et décontraction, héritage de 68 et esprit Instagram, joie et gravité.

Télérama

Conception : Groupe Catastrophe
Écriture, chant, danse : Blandine Rinkel
Composition, chant, claviers : Pierre Jouan
Chant, danse, claviers : Arthur Navellou
Chant, batterie : Bastien Bonnefont
Chant, percussions, claviers : Carol Teillard
Basse, chant : Pablo Brunaud
Chorégraphie : Dorine Aguilar
Danseurs : Romaine Cochet et Clément Gyselinck
Costumes : Coralie Marabelle (design), Isabelle Beaudoin, Julien de Caurel, Coralie Marabelle (réalisation)
Lumières : David Debrinay
Sonorisation : Benoît Brière, Justine Herbert